Notre nouvelle séction de Vues Panoramiques: Découvrir le Liban!! Découvrez le Liban avec des images de panorama, excursion de tourisme au Liban, annuaire de guide, cartes, forum, affiches, causerie, Météo...

CANA: du Liban sud, à 12 km au sud de Tyr

.... .....Le Père Boutros DIB dans son Histoire des Maronites, 1985, prétend établir scientifiquement que ce "Qanah" dans "le territoire de Sidon la Grande" est bien celui du miracle de Jésus: p. 217 - 223. Il cite l'historien ecclésiastique Eusèbe de Cesarée (mort en 339 ap. J.C.) qui, lui, n'en donne qu'une simple affirmation: "Cana, voisine de Sidon la Grande". Le P. Boutros DIB affirme que Hirbèt Qanah n'existait pas au temps de Jésus". Qu'il y ait eu des Juifs en cette bourgade éloignée "sur les pentes phéniciennes proches de Tyr" parait vraisemblable: ils avaient été disséminés dans toutes les villes des empires orientaux: on les appelait "les Juifs de la diaspora". Saint Jérôme ne fais aucune objection à cette localisation "à Qanah de Sidon la Grande du livre de Josué", petit village de la Galilée des Nations". Peut être alors que Nathanaêl qui était de Qanah Il Jalil avait invité Jesus et ses amis à un repas de famille comme le fera Saint Mathieu et c'est alors que Jesus fait le miracle, même si cela parait loin de Nazareth - Mais on marchait beaucoup en ce temps là. Un passage de l'histoire de Flavius Josèphe (l'an 67 ap. J.C.) le montre « descendant de Qanah en Galilée vers Tibériade avec deux cents hommes; il lui fallut toute une nuit », qui suppose une distance de 70 ou 80 km, distance justement de Qanah Il Jalil à Tibériade… . Quand Jésus se retire loin des Juifs qui le poursuivent : Matthieu 15/21 « il se retira dans le pays de Tyr et de Sidon » et Marc 7/24, 31, « Qanah » n’est pas mentionné comme on pourrait s’y attendre, alors qu’en Jean 4/46 Jésus revient de Judée en Galilée : 4/47 et non en Phénicie ! 4/54. Cette disposition providentielle marque que Jésus n’attache pas d’importance à des lieux définis : Jean 4/21, "Ce n'est ni à Jérusalem ni à Garizins que Dieu sera loué; mais en esprit et en vérité".... .....


L'arrêté du 17/1/1924 N.2385 modifié par la loi N.75 du 3/4/1999 (Articles 2,5,15,49 et 85) stipule:
L'auteur d'une oeuvre littéraire ou artistique détient du seul fait de sa création un droit de propriété absolue sur cette oeuvre, sans obligation de procédures formelles. L'auteur de l'oeuvre bénéficiera lui-même de l'exploitation de son oeuvre, il possède le droit exclusif de la publier, et de la reproduire sous quelques formes que ce soit. Qu'il s'agisse ou non d'oeuvres tombées dans le domaine public, seront punis d'un emprisonnement d'un mois à trois ans et d'une amende de cinq millions à cinquante millions de livres libanaises ou à l'une des deux peines seulement, ceux qui:
1-auront apposé ou fait apposé fraudulement un nom usurpé sur une oeuvre littéraire ou artistique;
2-auront, pour tromper l'acheteur, frauduleusement imité la signature ou le signe adopté par un auteur;
3-auront contrefait une oeuvre littéraire ou artistique;
4-auront sciement vendu, recelé, mis en vente ou en circulation l'oeuvre contrefaite ou signée d'un faux nom.
La peine sera aggravée en cas de récidive.